Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 19:30

imagLYDIE.jpg

 

   "José, mon oncle, le frère de Montse, est un rouge, ou plutôt un rouge et noir.
Depuis que sa sœur lui a rapporté sa visite chez les Burgos, il ne décolère pas. Les rouges en 36 ne décolèrent pas. Encore moins les rouges et noirs.
José considère que sa sœur a été offensée. L’Espagne de 36 regorge d’offensés.
Elle a l’air bien modeste ! Elle a l’air bien modeste ! Mais pour qui il se prend ce cabrón ! Il va le regretter ce sinvergüenza ! On va la lui faire avaler sa putain de phrase dégueulasse ! On va lui faire fermer la gueule à ce burgués !

Pas pleurer  -  L. Salvayre   -  Lecture Audio  par Laure-Lucile Simon
http://www.rentree-seuil.com/ouvrage/pas-pleurer

 

Goncourt 2014 -  Lydie Salvayre lit le début de son roman : "Pas pleurer"

 

 

Les nuits de Paris - Les Luthiers (1986) - YouTube

www.youtube.com/watch?v=6oR3MefgRFs

 

Une saynète humoristique d'un très célèbre groupe de musiciens burlesques argentins.  

Un bel exemple d'erreurs de français que peuvent faire les apprenants espagnols (fragnol)..

 

 

Tip y Coll - Como llenar un baso de agua - YouTube

www.youtube.com/watch?v=qHqDpUpbpJI
 
En el momento que dice: "si por b o por h, o por f, o por ch, etc, etc" la carcajada ya es incontrolable.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Garcia
commenter cet article

commentaires

cult 09/02/2015 18:06


Les Héritiers de la guerre d'Espagne - FRANCE CULTURE


http://www.franceculture.fr/emission-l-heure-du-documentaire-les-heritiers-de-la-guerre-d-espagne-rediffusion-de-l-emission-du-1


 






Repas de famille chez les Jimenez Elise Andrieu©





Un documentaire d’Elise Andrieu et Rafik Zenine

La loi de « Mémoire historique » votée au mois d’octobre 2007 permet aux descendants des exilés d’Espagne, ceux qui ont subi la répression franquiste après le putsch de juillet 1936, d’adopter la
nationalité espagnole. Pour la première fois, les petits-enfants de ces républicains exilés peuvent demander la nationalité de leurs grands-parents.
Au total, un million de descendants vivant à l’étranger, enfants et petits-enfants compris, pourraient être concernés.
Nous nous rendons à Toulouse, où une grande partie de ces exilés ont reconstruit leur vie.
Trois familles s’interrogent sur leur désir de demander la nationalité espagnole.
Dans la famille Jimenez, le petit-fils Thomas vient de sortir un album où il reprend les chansons révolutionnaires de son grand-père, et autour de lui se cristallisent les contradictions des
membres de la famille. Les petits-enfants de la famille Castro interrogent leurs grands-parents sur la guerre. Et chez les Marcos, le père et la fille se répondent sur une transmission
interrompue.
Tous se sentent en partie français, en partie espagnols.
Mais au-delà de la valeur d’une carte d’identité, ils évoquent la douleur d’une guerre perdue, l’exil, et une réparation à effectuer.
En Espagne en effet, les livres d’Histoire mentionnent à peine le combat des républicains durant la guerre. Après les 40 années de dictature sous Franco, un pacte de silence a permis de rétablir
un régime démocratique, mais jamais l’exil des anti-franquistes n’a véritablement été reconnu.
Cette loi de Mémoire Historique entame une amorce de reconnaissance. Et c’est un combat contre l’oubli que nous écoutons aujourd’hui.

Avec :
Les familles Jimenez, Castro et Marcos, issues de l’exil espagnol ;
Simon Arevalo, petit-fils de républicains espagnols ;
Les « guerilleros » : Messieurs Folch, Soriano, Falco, Gandia et Garcia.

Productice coordonnatrice : Irène Omélianenko
Productrice déléguée : Elise Andrieu
Réalisation : Rafik Zenin

aid 09/02/2015 13:33





Lisez un extrait du Goncourt 2014, "Pas pleurer", de Lydie Salvayre


Le lendemain, c'est le 8 août, se souvient ma mère sans une once d'hésitation (moi : tu te rappelles cette date ? ma mère : il paraît que j'ai une tête de linotte, c'est ce con de docteur qui le
dit, mais tu vois !), le lendemain, le Conseil des ministres du gouvernement français décide la non-intervention en Espagne, tout en déplorant extrêmement extrêmement extrêmement la guerre
effroyable qui ravage ce beau pays.


Españoles,


Españoles que vivís el momento más trágico de nuestra historia


¡Estáis solos!


¡Solos!


Les plaidoiries de l'écrivain José Bergamín (catholique, républicain, paradoxal, attaché culturel à l'ambassade d'Espagne à Paris) en vue d'obtenir des appuis financiers et moraux, n'ont donc
servi à rien.


Toutes les associations d'anciens combattants français ont signifié au gouvernement français qu'il devait rester neutre dans les affaires d'Espagne, et Saint-John Perse, apeuré, est allé en ce
sens.


Quant aux dirigeants soviétiques, ils ont hésité encore, cependant que Hitler et Mussolini aidaient les troupes franquistes à franchir le détroit de Gibraltar. Il faudra attendre le début
septembre pour que Staline se décide à soutenir les républicains, et que les premiers bateaux chargés de matériel militaire quittent Odessa.


Toutes les palabres sont faibles, me dit ma mère, pour exprimer le desengaño, la déception mezclée de ire que Josep ressent en s'informant de ces nouvelles. Et quand j'opère une marche arrière en
esprit, ma chérie, je me rends compte que sa mélancolie a commencé, si je ne m'abuse, à ce moment-là.


http://www.lepoint.fr/culture/rentree-litteraire-lydie-salvayre-romeo-et-juliette-pendant-la-guerre-d-espagne-30-07-2014-1850196_3.php

lyd 09/02/2015 11:27





Lydie Salvayre. Extrait de: Pas pleurer
http://salon-litteraire.com/fr/la-selection/content/1901658-lydie-salvayre-extrait-de-pas-pleurer


Le 18 juillet 1936, ma mère, accompagnée de ma grand-mère, se présente devant los señores Burgos qui souhaitent engager une nouvelle bonne, la précédente ayant été chassée au motif
qu’elle sentait l’oignon. Au moment du verdict, don Jaume Burgos Obregón tourne vers son épouse un visage satisfait et, après avoir observé ma mère de la tête aux pieds, déclare sur ce ton
d’assurance que ma mère n’a pas oublié : Elle a l’air bien modeste. Ma grand-mère le remercie comme s’il la félicitait, mais moi, me dit ma mère, cette phrase me rend folle, je la
réceptionne comme une offense, comme une patada al culo, ma chérie, una patada al culo qui me fait faire un salto de dix mètres en moi-même, qui ameute mon cerveau qui dormait depuis plus de
quinze ans et qui me facilite de comprendre le sens des palabres que mon frère Josep a rapportées de Lérida. Alors quand on se retrouve en la rue, je me mets à griter (moi : à crier), à
crier Elle a l’air bien modeste, tu comprends ce que ça veut dire ? Plus doucement pour l’amour du ciel, implore ma mère qui est une femme très éclipsée. Ça veut dire, je bouillais ma chérie
je bouillais, ça veut dire que je serai une bonne bien bête et bien obédissante ! Ça veut dire que j’accepterai tous les ordres de doña Sol sans protester et que je laverai son caca sans
protester ! Ça veut dire que je présenterai toutes les garanties d’une perfecte idiote, que je ne rechisterai jamais contre rien, que je ne causerai aucune moleste d’aucune sorte ! Ça
veut dire que don Jaume me payera des, comment tu dis ?, des clopinettes, et qu’en plus il me faudra lui dire muchísimas gracias avec cet air modeste qui me va si bien. Seigneur Jésus,
murmure ma mère la mirade alarmée, plus bas, on va t’ouir. Et moi je grite encore plus fort : Je me fous qu’on m’ouit, je veux pas être bonniche chez les Burgos, j’aime mieux faire la pute
en ville ! Pour l’amour du ciel, me supplique ma mère, ne dis pas ces bêtises. Ils nous ont même pas invitées à nous assir, je lui dis révoltée, ni même serré la main, je me raccorde
(moi : je me rappelle), je me rappelle brusquement que je souffre d’un panadis au pouce et que j’ai le doigt bandé, panaris si tu veux, mais ne me rectifie pas à chaque mot sinon j’y
arriverai jamais. Alors ma mère pour me pacifier me rappelle à voix susurrée les bénéfices considérables qui m’espèrent si je suis engagée : que je serai logée, que je serai nourrie et que
je serai nettoyée, que j’aurai une vacation tous les dimanches pour aller danser la sardane sur la place de l’Église, que je toucherai un petit salaire et une petite prime annualle avec quoi je
pourrai me constituer un petit trousseau, et même mettre de côté. À ces mots, je clame : Plutôt morir ! Dios mío, souspire ma mère en jetant des mirades angoissées sur les deux files de
maisons qui bordent la ruelle. Et moi je me mets à courir à toute vélocité vers mon grenier. La guerre, heureusement, éclate lendemain, ce qui fait que je ne suis jamais allée faire la bonne ni
chez les Burgos, ni chez personne. La guerre, ma chérie, est tombée à pic nommé.

fra 09/02/2015 11:23


Le frangnol/el frañol


Bienvenue à la page web du frangnol (frañol pour les espagnol) : une espèce de dialecte que des bilingues (parlant français et espagnol) qui font partis d’une congrégation française de Las
Palmas (Espagne) ont inventé. Ceux qui connaissent les deux langues ne pourront pas éviter de rigoler un peu et pour les autres, eh bien une nouvelle expérience linguistique. N’oubliez pas de
faire part de vos expressions frangnol a travers le formulaire ou par mail dans la section contact de ce site. Merci pour vos ajouts.


 






Frangnol( lire les mots en français)




Espagnol




Français






Payasse




Payaso




Clown






Escude




Escudo




Bouclier






Estation (de l’année)




Estación (del año)




Saison






Comprober




Comprobar




Vérifier






Aparker




Aparcar




Garer






Sémafore




Semaforo




Feu rouge






Une multe




Una multa




Une amende (de la police, pas le fruit)






Multer




Multar




Mettre une amende






Prendre à piole




Llevar a piola




Prendre quelqu’un sur son dos






Espée




Espada




Epée






Mejorer




Mejorar




Améliorer






Coloquer




Colocar




Arranger ou ordonner quelque chose






Les estates unis




Los estados unidos




Les Etats Unis






Maltratation




Maltrato




Maltraitance






Encarcelé




Encarcelado




En prison






Encarceler




Encarcelar




Mettre en prison






Direction




Dirreccion




Adresse






Toquer à la porte




Tocar a la puerta




Frapper à la porte






Assignation




Asignacion




Sujet (de l’école théocratique)






Faire la rue




Hacer la calle




Faire de la rue (Prédication)






Faire le pionnier




Hacer el precursorado




Réaliser / prendre le service de pionner (des témoins de Jéhovah)






Ça me sonne à quelque chose




Me suena a algo




Ça me rappelle quelque chose






Disègne




Diseño




Dessein intelligent






Casualité




Casualidad




Hasard






Sans plus




Sin más











A dure peine




A duras penas




A grande peine, avec beaucoup de peine, difficilement






Aller au grain




Ir al grano




Aller droit au but (conversation)






Embarrassée




Embarazada




Enceinte






Nous nécessitons de




Necesitamos




Nous avons besoin de






Toi-même




Tu-mismo




Vas-y, toi / Fais le, toi /Continues ,toi (Commentaire)






Respeter




Respetar




Respecter






Apportation




Aportacion




Ajout






Respondre




Responder




Répondre






Les même metas




Las mismas metas




Les mêmes objectifs






Nous nous dirigeons à toi dans la prière




Nos dirigimos a ti en esta oración




Nous nous adressons à toi dans la prière






Aprober les examens




Aprobar los examenes




Réussir les examens






Hutche




Hucha




Présentation

  • : Langues FLE Campus Education Media
  • Langues FLE Campus Education Media
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens